haut
Logo CMM

Actualité métropolitaine

L’équipe du projet L’ARTERRE, mise en place par la CMM afin de faciliter le jumelage entre des aspirants-agriculteurs et des propriétaires fonciers ou agricoles en mars 2019, a récemment présenté son tout premier bilan, qui témoigne de l’intérêt et du besoin réel pour ce type de service dans le Grand Montréal

Un premier bilan convaincant pour le projet L’ARTERRE dans le Grand Montréal

L’équipe du projet L’ARTERRE, mise en place par la CMM afin de faciliter le jumelage entre des aspirants-agriculteurs et des propriétaires fonciers ou agricoles en mars 2019, a récemment présenté son tout premier bilan, qui témoigne de l’intérêt et du besoin réel pour ce type de service dans le Grand Montréal.

Au cours des 22 premiers mois de leur mandat, les agents de maillage ont traité près de 250 demandes d’information ou d’inscription. Après une analyse approfondie des plans présentés, 93 candidats ont poursuivi l’aventure : 42 aspirants-agriculteurs et 51 producteurs ou propriétaires fonciers. Ceux-ci bénéficient depuis de l’accompagnement des agents en vue de concrétiser leur projet, que ce soit le transfert d’une entreprise existante ou la création d’une nouvelle entreprise agricole.

Déterminés à réaliser des jumelages efficients, convenant à toutes les parties, les agents de maillages ont déployé des efforts considérables pour bien cibler les besoins et les attentes de chacun. De cet effort ont résulté 33 visites de jumelage potentiel entre des aspirants et des producteurs ou propriétaires fonciers, dont sept se sont soldées par la signature d’une entente pour des projets de diverses natures.

7 jumelages réussis pour autant de productions :

  • champignons (Laval)
  • légumes (MRC de La Vallée-du-Richelieu)
  • piments forts (MRC de Vaudreuil-Soulanges)
  • pommes (MRC de Roussillon)
  • cidre (agglomération de Montréal)
  • sirop d’érable (MRC de Thérèse-de-Blainville)
  • légumes et céréales biologiques (MRC de Rouville)

Il s’agit d’un excellent début, surtout considérant les embuches occasionnées par la pandémie de la COVID-19 et le fait que ce type de démarche peut prendre plusieurs années avant d’aboutir (il faut compter en moyenne 4,5 ans pour trouver la relève d’une ferme selon une étude du Centre d’innovation sociale en agriculture).

Un service essentiel pour assurer la relève… et la sécurité alimentaire de la région

Axés sur l’accompagnement et le jumelage, les services de L’ARTERRE s’adressent à des candidats – issus ou non du milieu agricole – qui aspirent à se lancer en agriculture, de même qu’à des propriétaires fonciers souhaitant valoriser leurs terres ou des propriétaires agricoles n’ayant personne pour prendre la relève. Ils sont d’ailleurs nombreux à faire partie de cette dernière catégorie : 25 % des agriculteurs qui prévoient de vendre au cours des prochaines années n’ont pas de relève identifiée.[1]

À l’heure où la sécurité alimentaire et l’accès à des produits locaux, frais et variés, sont au cœur des  préoccupations de la population, la survie de ces entreprises constitue un enjeu majeur auquel L’ARTERRE permet de répondre. Le service est d’autant plus pertinent que l’on constate un regain d’intérêt envers l’agriculture, notamment celle à petite échelle, qui s’est accentué avec la pandémie. Bon nombre de jeunes gens ont envie de se lancer dans l’aventure, mais n’ont pas toujours une idée claire ou réaliste de ce qu’ils veulent ou peuvent faire, ni de mentor pour les guider.

En favorisant l’accès au monde agricole, L’ARTERRE permet non seulement à des aspirants-agriculteurs de concrétiser leur rêve, mais il contribue également à protéger les terres cultivées, à optimiser l’occupation de la zone agricole par des activités agricoles et à pérenniser les entreprises agricoles du Grand Montréal. En somme, il contribue à atteindre plusieurs objectifs clés du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et du Plan d’action métropolitain de mise en valeur du territoire et des activités agricoles (PAMAA).

Ajoutons que la mise en place du projet L’ARTERRE a pu bénéficier de la participation financière du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation dans le cadre d’une entente visant à soutenir le développement des activités agricoles et bioalimentaires dans le Grand Montréal.

Consultez le bilan intégral de L’ARTERRE (PDF – 7 Mo)

Pour plus de détails au sujet des services de L’ARTERRE : https://cmm.qc.ca/projets/larterre/

[1] Source : Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.  Traitement : CMM.

Rechercher