haut
Logo CMM

Environnement métropolitain

Page traitant du champs d'intervention de l'environnement. Qualité de l'air, protection du territoire, protection des rives et zones inondables ainsi que la gestion des matières résiduelles
En matière d’environnement, le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) mise sur une région métropolitaine avec un environnement protégé et mis en valeur. Pour ce faire, il prévoit la mise en place d’un réseau récréotouristique structuré autour d’une Trame verte et bleue.
La Trame verte et bleue du Grand Montréal consiste à protéger notre capital naturel, à y redonner accès et à faire de ce patrimoine un symbole de l’identité métropolitaine.

Un patrimoine naturel
exceptionnel et unique

La région métropolitaine compte un patrimoine naturel exceptionnel et unique :
un archipel, le fleuve, de nombreuses îles, les rivières et les plans d’eau, les Montérégiennes ainsi qu’une plaine agricole.

0
%
Objectif de territoire à protéger
0
%
Objectif du taux de recyclage des matières recyclables d’ici 2020
0
%
Objectif des matières organiques résiduelles recyclées d’ici 2025.

Un patrimoine naturel
exceptionnel et unique

La région métropolitaine compte un patrimoine naturel exceptionnel et unique :
un archipel, le fleuve, de nombreuses îles, les rivières et les plans d’eau, les Montérégiennes ainsi qu’une plaine agricole.

17
%
Objectif de territoire à protéger
70
%
Objectif du taux de recyclage des matières recyclables d’ici 2020
60
%
Objectif des matières organiques résiduelles recyclées d’ici 2025.

Gestion des matières résiduelles

Le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR) 2015-2020 tient compte des opinions, des avis, des commentaires et des suggestions transmis à chacune des étapes d’une vaste consultation publique tenue en 2015.

En plus d’atteindre un taux de recyclage de 70 % des matières recyclables d’ici 2020, le PMGMR 2015-2020 a comme principal objectif de recycler 60 % des matières organiques résiduelles d’ici 2025. Afin d’atteindre ces objectifs, le PMGMR repose sur sept orientations :

  • Respecter la hiérarchie des 3RV-E, en mettant l’emphase sur la réduction à la source et le réemploi.
  • Contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en se dotant, sur une base régionale, d’infrastructures de traitement des matières résiduelles performantes et en optimisant les activités de collecte et de transport.
  • Contribuer à l’atteinte des objectifs gouvernementaux de recyclage des matières recyclables et des matières organiques.
  • Optimiser les activités de récupération, de recyclage et de valorisation en place dans le but d’améliorer la qualité et la quantité des matières récupérées.
  • Identifier des sources de financement pour les coûts engendrés par la mise en place des infrastructures et des mesures permettant l’atteinte des objectifs.
  • Informer, sensibiliser et éduquer les citoyens, les industries, les commerces et les institutions quant à l’importance de participer aux activités de prévention, de récupération et de mise en valeur des matières résiduelles.
  • S’assurer de l’acceptabilité sociale et de la faisabilité économique et environnementale des installations de traitement et de valorisation.

Protéger 17 % du territoire
du Grand Montréal

À l’échelle du Grand Montréal, la protection des bois et corridors forestiers et des milieux humides est l’une des conditions essentielles au maintien de la biodiversité de la région. De plus, la présence du couvert forestier apporte une contribution significative à l’attractivité du Grand Montréal et à la qualité de vie de ses citoyens.

Les bois présentent une grande valeur pour la région métropolitaine, en raison de leur rareté et de leur potentiel écologique et récréatif. Ils permettent de préserver les sols contre l’érosion hydrique et éolienne; de régulariser les eaux et la nappe phréatique, de protéger l’équilibre écologique en regard du maintien des habitats favorisant une diversité biologique, faunique et floristique; de protéger les potentiels acéricoles, récréotouristiques et paysagers.

Protéger les rives, le littoral et les plaines inondables du Grand Montréal

La CMM a déjà entrepris des initiatives afin de protéger et de mettre en valeur les espaces bleus de son territoire. Ainsi, le Plan d’action pour l’accessibilité aux rives et aux plans d’eau du Grand Montréal bleu, adopté dès 2002, vise à protéger et à mettre en valeur les berges, les îles et les plans d’eau du Grand Montréal tout en respectant la capacité de soutien des milieux.

Les récents investissements visant l’acquisition de milieux naturels dans le Grand Montréal confirment l’intention du gouvernement du Québec de s’impliquer dans la conservation de milieux naturels dans la partie sud du Québec en collaboration avec les instances de planification et d’aménagement. Privilégiant le financement d’initiatives d’accessibilité aux rives et aux plans d’eau du Grand Montréal, la CMM souhaite, en collaboration avec le gouvernement du Québec, doter le Fonds bleu du Grand Montréal d’un financement stable et à long terme.

Améliorer la qualité de l’air

La Communauté métropolitaine de Montréal a compétence pour planifier et contrôler l’application d’un règlement sur l’assainissement de l’atmosphère. Cette compétence ne s’exerce présentement que sur le territoire de l’agglomération de Montréal.

La CMM peut notamment :

  • régir ou prohiber l’émission de substances polluantes;
  • exiger la possession d’un permis pour toute personne qui exerce une activité susceptible de causer une émission de polluant dans l’atmosphère;
  • déterminer les méthodes de prélèvement, d’analyse et de calcul d’un polluant;
  • prescrire les dispositifs dont doivent être munis les immeubles, les équipements, les installations et autres objets dont l’usage ou le fonctionnement est susceptible de causer l’émission d’un polluant.

À l’heure actuelle, le territoire de la CMM est soumis à deux règlements distincts sur les émissions atmosphériques : un pour l’île de Montréal, l’autre pour les quatre autres secteurs de la région métropolitaine.
On compte 18 stations de suivi de la qualité de l’air sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, dont 13 à Montréal et 5 ailleurs sur le territoire de la Communauté.

Protéger les paysages
d’intérêt métropolitain

Considérant l’importance du paysage dans la définition des éléments identitaires de la grande région de Montréal et compte tenu des enjeux collectifs qui s’y rattachent, notamment, en matière de qualité de vie et d’attractivité de la région métropolitaine, la CMM souhaite protéger les paysages d’intérêt métropolitain identifiés.

La question du paysage doit donner lieu à une démarche intégrée de valorisation, dans tous les secteurs de l’aménagement du territoire. L’enjeu principal demeure la reconnaissance de la notion de paysage et son intégration dans le processus de planification et de décision.

La CMM souscrit à la Charte du paysage québécois, mise de l’avant par le Conseil du paysage québécois, comme outil de sensibilisation auprès des intervenants publics et privés.

PMAD
Plan métropolitain
d'aménagement et de développement
En savoir plus
PMGMR
(PDF – 12 Mo)
Plan métropolitain de gestion
des matières résiduelles
En savoir plus

Rechercher