haut
Logo CMM

Communiqué de presse

COVID-19 : La CMM propose des mesures pour faire face à la pandémie et relancer le Grand Montréal

Face à la pandémie de la COVID-19, le conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal a adopté une série de mesures pour participer à la relance de la région métropolitaine.

Pour la présidente de la Communauté et mairesse de la Ville de Montréal, Mme Valérie Plante : « La situation actuelle est difficile pour les villes de la région métropolitaine de Montréal. Notre économie et les plus vulnérables de notre société ont été frappés de plein fouet. Il faut maintenant redresser notre économie tout en maintenant notre filet social. La crise actuelle est par ailleurs une occasion pour renforcer notre solidarité métropolitaine, accroître la résilience du territoire et accélérer notre développement durable ».

Les mesures adoptées par le conseil visent à compenser les coûts de la COVID-19, à relancer l’économie et à accroître la résilience dans les champs de compétences de la Communauté soit :

  • Le transport collectif et actif
  • Le logement social et abordable
  • Le développement économique
  • L’aménagement du territoire
  • La sécurité alimentaire
  • La gestion résiliente des risques d’inondation
  • La culture

Transport en commun

En matière de transport en commun, les revenus provenant des usagers ont chuté dramatiquement. Un important manque à gagner est donc à prévoir. La CMM, en concertation avec l’ARTM, propose d’entamer les discussions avec le gouvernement du Québec afin de combler les pertes tarifaires et propose un plan de relance du transport collectif de 9 G$ sur 3 ans. Rappelons que les municipalités de la CMM contribuent au financement du transport collectif pour un montant de 925 M$.

Monsieur Denis Martin, maire de la Ville de Deux-Montagnes et président de la commission du transport, a d’ailleurs tenu à rappeler que la mobilité du Grand Montréal est un service essentiel qui opère dans un contexte difficile : « Il est urgent d’entamer une discussion avec le gouvernement afin de répondre aux enjeux de la perte d’achalandage et de présenter les projets de transport collectif pour assurer la relance » a-t-il affirmé.

« Nous sommes fiers de nous associer à la CMM pour répondre présents à l’appel du gouvernement. Nous proposons un plan d’action en transport collectif concret et à fort contenu québécois afin de contribuer à la relance économique du Québec et au maintien de la vitalité et de la compétitivité de toute la région métropolitaine de Montréal » a d’abord affirmé M. Pierre Shedleur, président, de l’ARTM. Rappelant que les transports collectifs demeurent un service essentiel pour la population, il a poursuivi en soulignant la nécessité de le développer, mais aussi de le maintenir : « L’impact économique de la pandémie de COVID-19 sur les services de transport collectif doit également être pris en considération par les gouvernements car les usagers,
l’Autorité et les municipalités ne peuvent assumer seuls un tel fardeau ».

Logement social

En matière de logement social, la COVID-19 risque de fragiliser davantage les ménages vulnérables et a entraîné des coûts supplémentaires pour les offices d’habitation. Cette crise met aussi en lumière l’importance de pouvoir compter sur un parc locatif abordable dans toutes les villes de la CMM.

Selon monsieur Stéphane Williams, maire de la Ville de Saint-Amable et président de la commission du logement social, « le gouvernement du Québec doit répondre aux besoins les plus urgents en adoptant un nouveau Programme de Supplément au Loyer d’urgence pour permettre à des personnes vulnérables de rester dans leur logement actuel ». Il est également demandé de reconnaître les dépenses des offices d’habitation pour la mise en place des diverses mesures liées à la pandémie et d’utiliser le programme AccèsLogis en lançant une programmation pour construire 2 700 nouvelles unités dès cette année dans le Grand Montréal.

Développement économique

En ce qui a trait au développement économique, la Communauté recommande le versement immédiat aux organismes de développement économique locaux d’une somme de 97,5 M$ annoncée dans le dernier budget du gouvernement du Québec. Les grappes métropolitaines, Montréal international et les corporations de développement économique travailleront conjointement pour inciter les donneurs d’ordre à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement et à favoriser les fournisseurs locaux. De son côté, le Conseil emploi métropole
est invité à soutenir les projets d’adéquation entre la formation et la main-d’oeuvre. Montréal International est également encouragée à inciter les filiales de sociétés étrangères à nouer des partenariats avec des fournisseurs locaux pour renforcer leur approvisionnement local. Finalement, une aide financière est réclamée pour le déploiement des infrastructures internet haute vitesse, en particulier dans les municipalités et les secteurs ruraux afin de permettre le recours au télétravail.

Mme Doreen Assaad, mairesse de Brossard et présidente de la commission du développement économique, des équipements métropolitains et des finances a déclaré que : « toutes ces mesures nous permettront de remédier le plus possible aux dommages de cette crise et de repartir sur des bases plus solides. Nos efforts font l’objet d’une concertation étroites avec nos partenaires tels que les corporations de développement économiques, les grappes métropolitaines et Montréal International ».

Aménagement du territoire

Du point de vue de l’aménagement du territoire, la pandémie de la COVID-19 démontre l’importance d’adapter l’aménagement de nos villes et des infrastructures urbaines pour pouvoir bien déployer les mesures de la distanciation sociale. Dans ce contexte, la commission de l’aménagement s’est vu confier le mandat d’adapter les outils de planification et de réglementation en matière d’aménagement et de développement du territoire et ainsi, améliorer les façons de faire et s’adapter avec résilience aux menaces de l’équilibre sanitaire.

Le président de la commission de l’aménagement et membre du conseil de la Ville de Montréal, M. Jérôme Normand, a indiqué qu’il s’agit d’un mandat qui va permettre à la CMM d’intégrer les enjeux de santé publique relatifs à la pandémie COVID-19 dans les interventions d’aménagement et de proposer des actions concrètes tels que notamment la mise en place de corridors de transport actif. « L’application des mesures découlant de la pandémie démontre qu’une réflexion s’impose sur la conception et l’utilisation de l’espace public, notamment en matière de mobilité active. Nous devons en tirer des leçons et adapter la planification et l’aménagement de nos villes afin d’accroître l’efficacité des mesures et d’améliorer notre capacité à faire face à ces situations », a-t-il indiqué.

Sécurité alimentaire

Cette pandémie met aussi en lumière l’enjeu de la sécurité alimentaire des territoires. Comme le gouvernement du Québec l’indiquait, il faut désormais viser l’autonomie alimentaire.

Le président du comité consultatif agricole, monsieur Pierre Charron, maire de Saint-Eustache, a annoncé au conseil que la CMM mettra en place une table métropolitaine sur la sécurité alimentaire qui misera sur une agriculture de proximité axée sur la valorisation de la production locale pour la consommation locale en tant qu’outil pour atteindre la sécurité alimentaire et favoriser le développement du territoire agricole métropolitain. « La pandémie qui sévit met en lumière les enjeux liés à notre système alimentaire, alors que la mondialisation, l’ouverture des marchés et la facilité des déplacements sont remises en question un peu partout. Cette crise est l’occasion de revoir nos pratiques afin de nous prémunir contre toute pénurie alimentaire et d’assurer à nos citoyens la disponibilité d’une large variété de denrées pour leur permettre de se nourrir convenablement et facilement, au meilleur coût possible. »

Gestion résiliente des risques d’inondation

La crise actuelle ne doit pas faire oublier l’importance d’une gestion résiliente des autres risques comme les inondations. À cet égard, la CMM propose d’accélérer la mise oeuvre de l’approche de gestion par le risque dans les secteurs situés en zones inondables.

Comme le précise le préfet de la MRC de Deux-Montagnes, monsieur Denis Martin, « plusieurs questions restent actuellement sans réponse notamment au niveau des transactions immobilières et de l’amélioration du cadre bâti. La cartographie des zones inondables de notre territoire est maintenant terminée et la caractérisation du risque est en cours de réalisation. »

Au cours des prochains mois, la Communauté réalisera la caractérisation du risque d’inondation sur l’ensemble du territoire métropolitain, adoptera une réglementation reposant sur le principe de gestion par le risque et accompagnera les municipalités qui souhaitent construire des infrastructures permettant d’accroître la résilience aux inondations. De son côté, le gouvernement est invité à financer la construction des projets déjà prévus d’infrastructures et qui pourraient être démarrés rapidement afin d’être en mesure de faire face aux prochaines crues.

Table métropolitaine sur la culture

La mise sur pied d’une Table métropolitaine sur la culture est une autre des mesures retenues pour relancer la région.

Comme le précise la mairesse de la Ville de Repentigny, madame Chantal Deschamps, qui présidera cette Table, le milieu de la culture a été frappé de plein fouet par la pandémie de la COVID-19. « Déjà très vulnérable en temps normal, ce secteur pourrait profiter d’une vision métropolitaine pour identifier des voies de sortie à la crise. C’est pourquoi la CMM a résolu de mettre sur pied une Table formée de représentants du milieu municipal, du milieu culturel, du gouvernement et du milieu des affaires. Cette Table aura notamment pour mandat de proposer un plan d’action métropolitain en matière de développement culturel afin de soutenir la résilience de ce secteur clé pour la prospérité et l’attractivité de notre région ».

-30-

À propos de la Communauté métropolitaine de Montréal

Créée en 2001, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) est un organisme de planification, de coordination et de financement qui regroupe 82 municipalités, soit plus de 4 millions de personnes réparties sur un territoire de plus de 4 360 km2. La CMM exerce notamment des compétences dans les domaines de l’aménagement du territoire, du développement économique, du logement social, du transport en commun et de l’environnement.

INFORMATION :
Marie-Claude Forget
Chef d’équipe communications et consultations publiques
Communauté métropolitaine de Montréal
438 393-1978

Rechercher

Print Friendly, PDF & Email