haut
Logo CMM

Communiqué de presse

Le conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté aujourd’hui une déclaration pour l’abordabilité du logement proposant plusieurs mesures pour aider les ménages à revenus faibles et modestes qui éprouvent de plus en plus de difficultés à accéder à la propriété, à louer un logement abordable ou à obtenir un logement social

La CMM adopte une déclaration qui propose au gouvernement du Québec des mesures pour assurer l’abordabilité du logement dans des milieux de vie complets

Montréal, le 9 décembre 2021 – Le conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté aujourd’hui une déclaration pour l’abordabilité du logement proposant plusieurs mesures pour aider les ménages à revenus faibles et modestes qui éprouvent de plus en plus de difficultés à accéder à la propriété, à louer un logement abordable ou à obtenir un logement social. Les élus(es) de la CMM souhaitent que ces mesures soient intégrées à la prochaine Politique nationale d’architecture et de l’aménagement du territoire ainsi qu’au futur Plan d’action gouvernemental en habitation, et qu’elles guident les nouveaux programmes d’habitation qui doivent être annoncés d’ici le printemps 2022.

« La dernière campagne électorale municipale a été un moment privilégié pour rencontrer plusieurs personnes qui sont confrontées au problème d’abordabilité du logement. Il faut rapidement mettre en place des solutions pour les aider à améliorer leur qualité de vie. Le gouvernement nous a donné des signaux encourageants lors du dernier mini-budget, mais les besoins exigent des investissements massifs. La déclaration adoptée aujourd’hui propose des solutions. Nous souhaitons que le gouvernement du Québec en tienne compte dans ses prochaines actions pour favoriser le logement social et abordable », a déclaré la présidente de la CMM et mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante.

Depuis trois ans, le gouvernement a annoncé seulement 500 nouvelles unités dans le programme AccèsLogis. Il vient par ailleurs d’annoncer la construction de 450 logements abordables par année à l’échelle du Québec pour les cinq prochaines années dans le cadre d’un nouveau programme dont les modalités seront annoncées en 2022. La CMM demande toutefois que 3 000 logements sociaux soient construits annuellement sur son territoire. En plus, au moins 9 000 unités de logements abordables devraient être rendues disponibles annuellement pour les ménages à revenus faibles et modestes de la CMM par l’entremise d’un bouquet de mesures.

La vice-présidente du comité exécutif de la CMM et mairesse de Longueuil, Mme Catherine Fournier, a de son côté affirmé que : « la surchauffe immobilière a un effet considérable sur les ménages du Grand Montréal. Les villes sont au front pour répondre aux besoins de la population et doivent mettre en place des solutions innovantes. Je considère que toutes les villes de la région métropolitaine devraient avoir accès à des outils comme le droit de préemption et pouvoir compter sur une nouvelle mouture de la Loi sur l’expropriation, qui nous permettraient d’acquérir des terrains pour construire du logement abordable, communautaire et social. Les villes doivent disposer de ces pouvoirs pour mettre en œuvre efficacement les programmes gouvernementaux et les autres interventions municipales ».

Stéphane Boyer, maire de Laval, a souligné pour sa part que : « la célérité avec laquelle les mairesses et les maires du Grand Montréal collaborent pour enrayer les fléaux de la crise du logement et de la surchauffe immobilière est franchement inspirante. Nous faisons concrètement la démonstration que des solutions sont à notre portée. Je suis convaincu que c’est en se serrant les coudes et en faisant preuve d’audace, comme aujourd’hui, que nous y arriverons », a-t-il déclaré.

Pour M. Guillaume Tremblay, maire de Mascouche et président de la commission de l’habitation et de la cohésion sociale de la CMM, le gouvernement du Québec doit aussi porter son attention sur l’abordabilité de la propriété : « L’accession à la propriété est de plus en plus difficile, tout particulièrement pour les premiers acheteurs. Si nous ne faisons rien, cela sera une véritable injustice intergénérationnelle ».

« Cette surchauffe immobilière risque en plus d’alimenter l’étalement urbain hors de la CMM puisque les ménages doivent aller de plus en plus loin pour dénicher une propriété sans devoir payer un montant qui n’ampute pas le budget nécessaire à leurs autres besoins essentiels. Nous avons la responsabilité collective de créer des milieux de vie complets, qui permettent à tous de se trouver un logement décent. Le PMAD et le guide d’inclusion du logement social et abordable de la CMM sont d’autres outils à la disposition des municipalités pour atteindre cet objectif », ont conclu le maire de Deux-Montagnes, M. Denis Martin, et le maire de Varennes, M. Martin Damphousse, tous deux membres du comité exécutif de la CMM.

 

Consulter la déclaration métropolitaine pour l’abordabilité du logement (PDF – 140 Ko)

À propos de la Communauté métropolitaine de Montréal

Créée en 2001, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) est un organisme de planification, de coordination et de financement qui regroupe 82 municipalités, soit 4,1 millions de personnes réparties sur plus de 4 360 km2. La CMM exerce des compétences dans les domaines de l’aménagement du territoire, du développement économique, du logement social, du transport en commun et de l’environnement.

— 30 —

Source :

Julie Brunet
Conseillère en communication
514 350-3445
julie.brunet@cmm.qc.ca

Rechercher

Print Friendly, PDF & Email