Logotype de la Communauté métropolitaine de Montréal

Vous être ici :

Actualités

Nouvelles

9 mai 2019

L’immigration internationale : principal facteur d’accroissement démographique dans le Grand Montréal

Perspective No38

Le dernier numéro du bulletin Perspective Grand Montréal publié aujourd’hui brosse un portrait actualisé de l’immigration internationale dans le Grand Montréal.

La région métropolitaine concentre 85 % de la population immigrante du Québec. Avec un solde de l’immigration internationale de près de 45 000 personnes annuellement depuis le début des années 2010, le Grand Montréal est le 5e principal pôle d’immigration en Amérique du Nord, après les régions métropolitaines de New York, Toronto, Miami et Los Angeles.

Bien que l’on associe souvent l’immigration internationale à l’île de Montréal, la population issue de l’immigration est également très présente dans les autres secteurs géographiques du Grand Montréal. Selon les plus récentes données, le tiers (34 %) de la population de l’île de Montréal est issu de l’immigration, alors que c’est le cas de 28,5 % de la population de Laval, de 20,3 % de celle de l’agglomération Longueuil, de 8,9 % de la population de la couronne Sud et de 7,1 % de la population de la couronne Nord. Ailleurs au Québec, cette proportion est de 3,9 %.

Dans les trois secteurs centraux du Grand Montréal – les agglomérations de Montréal et de Longueuil ainsi que Laval – l’immigration internationale est le principal facteur d’accroissement démographique. Elle contribue notamment à stabiliser le nombre de personnes en âge de travailler dans la région, qui est en décroissance ailleurs au Québec.

Bien que le taux de chômage des immigrants (7,5 %) demeure supérieur à celui des non-immigrants (5,3 %), l’écart s’est amenuisé de façon importante au cours des dernières années. C’est chez les immigrants récents que le taux de chômage a diminué le plus rapidement, passant de 21,1 %, en 2012, à 11,9 % en 2018. Il demeure toutefois plus élevé que chez les immigrants récents de Toronto (9,3 %) et de Vancouver (7 %).  

À l’image de ce que l’on observe dans plusieurs autres grands pôles d’immigration nord-américains, les immigrants récents du Grand Montréal sont fortement scolarisés. La moitié d’entre eux (50,1 %) détient un grade universitaire alors que c’est le cas du quart (25,6 %) des non-immigrants du Grand Montréal. 

Pour en savoir plus

Il est possible de consulter différentes données sur l’immigration à l’échelle des 82 municipalités de la CMM ou des grandes régions métropolitaines nord-américaines sur l’Observatoire Grand Montréal, dans les sections Grand Montréal en statistiques et Comparaisons nord-américaines

[ Nouvelles, Données et territoire ]