Logotype de la Communauté métropolitaine de Montréal

Vous être ici :

Actualités

Communiqués de presse

12 octobre 2011

5e journée de consultation : les citoyens et les organisations ont des attentes élevées et appuient les principes du PMAD

Montréal, le 12 octobre 2011 – Un consensus régnait à la 5e séance de consultation sur le projet de Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal. Les 30 organisations et citoyens qui ont pris la parole ont tous appuyé les principes du PMAD et ont invité la CMM à dépasser plusieurs objectifs qui figurent dans le projet, notamment en ce qui concerne le gel des terres agricoles, les seuils de densité des TOD et la protection des espaces verts et bleus. Cette 5e journée complète les audiences à Montréal. La prochaine séance aura lieu le jeudi 13 octobre à Boisbriand, à 19 h.

Pour Mme Helen Fotopulos, présidente de la commission de l'aménagement de la CMM et membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, le message est très encourageant. « Encore aujourd'hui, de nombreux participants sont venus nous exprimer leur appui au projet de PMAD. Tout en exprimant leur attachement à leur ville, avec humour, passion et beaucoup de créativité, ceux-ci ont des attentes élevées relativement aux objectifs du plan, et sont résolument en faveur d'une adoption rapide d'un premier plan pour le Grand Montréal », a-t-elle déclaré.

Un moratoire sur 20 ans

M. Alexandre Beaudoin a ouvert le bal en insistant sur l'importance d'intégrer l'agriculture urbaine dans le PMAD et de promouvoir l'agrotourisme de la région. Il a évoqué l'idée de sensibiliser les jeunes à l'agriculture grâce à un partenariat avec les commissions scolaires.

M. Christian Lacasse, président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) a, quant à lui, plaidé pour un gel du périmètre urbain jusqu'en 2031, au lieu des 5 ans actuellement envisagés, afin de protéger « les meilleures terres agricoles au Québec ». Selon lui, le PMAD constitue un outil indispensable pour assurer une gestion optimale de l'espace tout en conciliant le développement économique et la protection des terres agricoles. M. Lacasse recommande que la CMM entreprenne, dans ce sens, une caractérisation des espaces à développer sur tout le territoire.

Pour le citoyen Adrian Gould, le gel du périmètre urbain doit carrément être permanent et le PMAD ne doit pas prévoir d'exception sur le dézonage.

Un seuil de densité plus élevé

Le moratoire des terres agricoles pour les 20 prochaines années a aussi été appuyé par le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE). La directrice générale, Mme Coralie Deny, a aussi recommandé la protection de 30 % des milieux naturels d'ici 2031 et de 100 % des milieux humides. Le CRE Montréal suggère également l'augmentation du seuil de densité des TOD à 60 %, la réduction de 20 % de la circulation automobile de la métropole en heure de pointe du matin et de s'attaquer aux stationnements qui constituent l'un des principaux facteurs de l'étalement urbain.

Pour Mme Manon Barbe, présidente de la Conférence régionale des élus de Montréal (CRÉ), le seuil de densification des aires TOD actuellement fixé à 40 % doit être augmenté puisqu'il est déjà atteint. Elle a rappelé l'importance de densifier le centre de la région, en le dotant d'un système de transports plus performant. La CRÉ de Montréal invite la CMM à établir les priorités dans les différents modes, en fonction des différents pôles d'emplois tout en s'assurant d'optimiser le transport des marchandises.

L'augmentation du seuil de densité à 60 % dans les quartiers TOD a également été appuyée par M. Derek Robertson, citoyen de Montréal.

Pour l'Association des sociétés de développement commercial (SDC) de Montréal, le déclin des artères commerciales de quartier causé par l'étalement urbain a un impact profond sur l'attractivité des collectivités urbaines et sur la qualité de vie des quartiers. L'Association appuie les objectifs de densification du PMAD et estime que les acteurs de l'activité commerciale doivent être impliqués dans la mise en oeuvre du PMAD.

Le moratoire sur l'expansion du périmètre d'urbanisation sur 20 ans, l'augmentation à 60 % de la proportion des ménages dans les TOD et la réduction de 20 % de la circulation automobile font aussi parties des recommandations du Centre d'écologie urbaine de Montréal. Afin de financer le développement des transports collectifs, celui-ci demande un moratoire sur tout développement autoroutier d'ici 2031.

La firme Magenta Re-développement immobilier et urbain a aussi recommandé de resserrer les seuils de densification et d'établir un moratoire pour le développement de tout nouveau territoire. La firme a insisté sur l'importance du rôle de la CMM, afin de sensibiliser la population aux enjeux de l'aménagement urbain durable sur l'ensemble du territoire pour assurer la réussite du plan.

M. Luca Barone, citoyen, a plaidé pour des règlements qui favorisent une densité urbaine élevée pour assurer la durabilité environnementale et la vitalité culturelle et économique.

Les Corporations de développement économique communautaire (CDEC) de Montréal ont demandé elles aussi un moratoire de 20 ans sur les terres agricoles et la localisation de 60 % des nouveaux ménages dans les TOD. Afin d'optimiser le développement du transport collectif, les CDEC recommandent, par ailleurs, la mise en place d'une agence unique de transport pour toute la région.

L'optimisation de l'offre de transports collectifs

Mme Claude D'Anjou, directrice générale de Mobiligo, a aussi plaidé en faveur de l'instauration d'une seule organisation de transport pour le Grand Montréal. Puisque la moitié des déplacements de la région sont générés par le travail, Mme D'Anjou a également recommandé de localiser les entreprises en fonction de leur besoin de mobilité et des déplacements qu'ils génèrent en les impliquant dans le processus. Mobiligo a aussi demandé à la CMM d'élaborer sur les différentes sources de financement nécessaires à la réalisation du PMAD.

Pour Transport 2000, toutes les voies de circulation en réfection devraient intégrer un corridor exclusif pour le transport collectif. L'organisme recommande également d'assurer la présence de services de proximité de transports collectifs dans les aires TOD et d'en informer adéquatement la population afin d'encourager l'utilisation des transports collectifs.

Selon Vélo Québec, la priorité doit être accordée aux transports collectifs. L'organisme recommande également d'améliorer la qualité du réseau cyclable pour valoriser les pôles récréotouristiques.

Pour M. Antonin Labossière, citoyen, la bonification de l'offre de transport collectif va permettre de régler à la fois la congestion, le transport des marchandises, les problèmes économiques et environnementaux. M. Patrick Ouellet, citoyen, a insisté sur l'importance de rénover les systèmes de transports collectifs et de ne pas augmenter la capacité autoroutière dans la région.

Mme Dida Berku, conseillère municipale de la Ville de Côte-Saint-Luc, a recommandé l'ajout de plusieurs stations de train dans la Ville de Côte-Saint-Luc qui n'en compte actuellement aucune. La conseillère suggère également que la CMM procède à l'identification des terrains qui sont non constructibles en raison de contraintes naturelles ou anthropiques pour mieux évaluer le potentiel de développement.

Une ceinture verte et bleue

Mme Bernice Goldsmith a recommandé de lier le golf de Meadowbrook à la falaise St-Jacques et des autres parcs à proximité pour enrichir la ceinture verte et ainsi créer le premier parc nature de la région métropolitaine en zone urbaine.

Les Amis de Meadowbrook, le Comité de citoyens de Milton Parc, Expédition Montréal Route bleue et le Club environnemental de l'école secondaire Herzliah ont tous recommandé l'intégration du parc écologique de l'archipel de Montréal dans le projet d'une ceinture verte et bleue. Le Milton Park ad hoc Committee to Save Parc Oxygene a également plaidé en faveur du projet de ceinture verte et bleue de la région métropolitaine.

M. Irwin Rapoport, citoyen, recommande quant à lui la création d'une politique de réaménagement des friches industrielles de la région pour augmenter la trame verte.

Enfin, le Comité d'action de parc Extension recommande l'adoption d'une réserve foncière pour la construction de nouveaux logements sociaux.

L'organisme Ouranos a insisté sur l'importance de diminuer les risques naturels et les impacts liés aux changements climatiques dans le PMAD, notamment pour les infrastructures situées en zones inondables.

L'Office des personnes handicapées du Québec a demandé à la CMM de mieux tenir compte de la situation et des besoins des personnes handicapées et de leur famille dans le PMAD. L'organisation recommande l'intégration des concepts d'approche inclusive, d'accessibilité universelle et de parcours sans obstacle dans tous les aspects du PMAD.

  * * *  
Les mémoires présentés hier sont disponibles en ligne sur : www.pmad.ca.
Un Forum a également été mis sur pied pour permettre aux citoyens de réagir en ligne pendant les audiences au : forum.pmad.ca.
  * * *  
Créée le 1er janvier 2001, la Communauté métropolitaine de Montréal est un organisme de planification, de coordination et de financement qui regroupe 82 municipalités, soit 3,7 millions de personnes réparties sur plus de 4 360 kilomètres carrés. La Communauté exerce des compétences dans les domaines de l’aménagement du territoire, du développement économique, du logement social, du transport en commun et de l’environnement.
  - 30 -  
RENSEIGNEMENTS : Leila Copti  
  Téléphone : 514-661-6134  
[ Communiqués de presse, Aménagement ]