Logotype de la Communauté métropolitaine de Montréal

Vous être ici :

Trame verte et bleue du Grand Montréal

Considérant les liens étroits entre les paysages, les milieux naturels et le patrimoine bâti, le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) [PDF 13,8 Mo] et son Plan d’action [PDF 323 Ko]. proposent une mise en valeur intégrée de ces éléments par la création d'une Trame verte et bleue.

La Trame verte et bleue c’est...

  • la consolidation de la vocation récréotouristique des ensembles d’intérêt métropolitain en favorisant simultanément la préservation des qualités patrimoniales et paysagères des lieux et le développement d’une masse critique d’attraits et de services;
  • la mise en place des services de transport en commun pour desservir les points d’accès aux composantes de la Trame;
  • le développement du réseau cyclable et du réseau navigable métropolitains, ainsi que la multiplication des points de contact entre ces deux réseaux;
  • l’augmentation des points d’accès à l’eau à des fins récréatives (baignade, mise à l’eau d’embarcations, activités récréatives en rive, aires d’accostage, etc.).
Carte présentant les composantes de la Trame verte et bleue du Grand Montréal.

Le Plan d’action 2012-2017

  1. Identifier plus précisément les composantes à mettre en valeur.
  2. Élaborer un plan de reboisement visant l’atteinte du 30 % de couvert forestier.
  3. Augmenter les sommes allouées aux Fonds vert et Fonds bleu de la Communauté.
  4. Augmenter les redevances aux fins de parcs et de terrains de jeu à 15 %.
  5. Collaborer aux études du ministère des Transports sur les entrées de ville, notamment pour le parcours Dorval–centre-ville.
  6. Définir les corridors paysagers aux points d’entrée du Grand Montréal.
  7. Coordonner la Table de concertation régionale pour la gestion intégrée du Saint-Laurent.
Depuis 2002, 88 projets de protection et de mise en valeur des milieux naturels ont été réalisés.

Bois et corridors forestiers métropolitains

À l'échelle du Grand Montréal, la protection des bois, des corridors forestiers et des milieux humides est l'une des conditions essentielles au maintien de la biodiversité de la région. De plus, la présence du couvert forestier apporte une contribution significative à l'attractivité du Grand Montréal et à la qualité de vie de ses citoyens.

Les bois permettent de préserver les sols contre l'érosion hydrique et éolienne; de régulariser les eaux et la nappe phréatique, de protéger l'équilibre écologique en regard du maintien des habitats favorisant une diversité biologique, faunique et floristique; de protéger les potentiels acéricoles, récréotouristiques et paysagers.

Trente et un bois d'intérêt métropolitain ont été identifiés par la Communauté. Le 1er octobre 2009, la Communauté révise les limites de ces bois et ajoute 52 corridors forestiers. Ces espaces naturels sont admissibles au programme de financement du Fonds vert (Plan 705-120-01 [PDF 1,82 Mo]) et au programme de la Trame verte et bleue [PDF 239 Ko].

Carte démontre les 31 bois et les 52 corridors forestiers métropolitains.

Les municipalités régionales de comté (MRC) et les agglomérations doivent identifier, au minimum, les aires boisées incluses aux 31 bois métropolitains identifiés en 2003. En milieu agricole, les MRC et les agglomérations doivent identifier et ajouter, au minimum, les aires boisées comprises dans les limites révisées des bois ainsi que les corridors forestiers admissibles au programme de financement du Fonds vert (Plan 705-120-01).

Pour les bois et les corridors forestiers identifiés, la Communauté demande aux MRC et aux agglomérations d'identifier les usages compatibles à la protection, tels que l'agriculture durable, le récréotourisme, l'habitation de faible densité, les parcs et la conservation, et d'adopter des mesures interdisant l'abattage d'arbres. Ces mesures peuvent régir l'abattage selon les usages permis et prévoir des exceptions pour les coupes sanitaires, pour les coupes de récupération, pour les coupes sélectives, pour la réalisation de travaux de cours d'eau et pour les aménagements permettant l'accessibilité à un milieu naturel à des fins d'observation et d'interprétation.

Dernière mise à jour :  12 avril 2016