Logotype de la Communauté métropolitaine de Montréal

Orientation 3 du PMAD (Volet environnement)

Le premier Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) du Grand Montréal est entré en vigueur le 12 mars 2012.

Un Grand Montréal avec un environnement protégé et mis en valeur

En matière d’environnement, le PMAD [PDF 13,8 Mo] mise sur une région métropolitaine avec un environnement protégé et mis en valeur.  Pour ce faire, le PMAD prévoit la mise en place d’un réseau récréotouristique structuré autour d’une Trame verte et bleue.

Ce vaste chantier, inspiré du concept de « ceinture verte », est la proposition principale du PMAD pour l’atteinte de l’objectif de protection de 17 % du territoire, tel que défini par la convention des Nations Unies sur la diversité biologique de Nagoya. En plus des diverses mesures règlementaires prescrites par le PMAD, on note de nombreux exemples de partenariats pour protéger et mettre en valeur les atouts verts et bleus de la région.

La région métropolitaine compte un patrimoine naturel exceptionnel et unique : un archipel, le fleuve, de nombreuses îles, les rivières et les plans d’eau, les Montérégiennes ainsi qu’une plaine agricole. Appuyée sur les grands cours d’eau du territoire et les grands espaces verts, la trame multiplie les sites accessibles et les relie pour en faciliter la connectivité. Accessible par les circuits cyclables, navigables et de transport en commun, la Trame permettra aux résidants et aux visiteurs de bénéficier de l’archipel et des effets bénéfiques que procure la pratique d’une activité en milieu naturel.

La Trame verte et bleue du Grand Montréal consiste à protéger notre capital naturel, à y redonner accès et à faire de ce patrimoine un symbole de l’identité métropolitaine.

Protéger 17 % du territoire du Grand Montréal

À l'échelle du Grand Montréal, la protection des bois et corridors forestiers et des milieux humides est l'une des conditions essentielles au maintien de la biodiversité de la région. De plus, la présence du couvert forestier apporte une contribution significative à l'attractivité du Grand Montréal et à la qualité de vie de ses citoyens.

Les bois présentent une grande valeur pour la région métropolitaine, en raison de leur rareté et de leur potentiel écologique et récréatif. Ils permettent de préserver les sols contre l'érosion hydrique et éolienne; de régulariser les eaux et la nappe phréatique, de protéger l'équilibre écologique en regard du maintien des habitats favorisant une diversité biologique, faunique et floristique; de protéger les potentiels acéricoles, récréotouristiques et paysagers.

En 2005, la Communauté a mis sur pied le Programme d'acquisition et de conservation des espaces boisés (Fonds vert). L'objectif principal du Fonds vert est d'appuyer les initiatives locales et régionales d'acquisition et de protection des espaces boisés. Trente et un bois d'intérêt métropolitain ont été identifiés par la Communauté. Le 1er octobre 2009, la Communauté révise les limites de ces bois et ajoute 52 corridors forestiers dorénavant admissibles au programme de financement du Fonds vert (plan numéro 705-120-01).

Des mesures ont par ailleurs été proposées au gouvernement afin notamment de hausser les contributions des promoteurs dans un projet aux fins de parcs de 10 % à 15 %. Ce 5 % supplémentaire serait dédié à la protection des milieux naturels.

Protéger les rives, le littoral et les plaines inondables du Grand Montréal

La Communauté a déjà entrepris des initiatives afin de protéger et de mettre en valeur les espaces bleus de son territoire. Ainsi, le Plan d'action pour l'accessibilité aux rives et aux plans d'eau du Grand Montréal bleu, adopté dès 2002, vise à protéger et à mettre en valeur les berges, les îles et les plans d'eau du Grand Montréal tout en respectant la capacité de soutien des milieux.

Les récents investissements visant l'acquisition de milieux naturels dans le Grand Montréal confirment l'intention du gouvernement du Québec de s'impliquer dans la conservation de milieux naturels dans la partie sud du Québec en collaboration avec les instances de planification et d'aménagement. Privilégiant le financement d'initiatives d'accessibilité aux rives et aux plans d'eau du Grand Montréal, la Communauté souhaite, en collaboration avec le gouvernement du Québec, doter le Fonds bleu du Grand Montréal d'un financement stable et à long terme. L'établissement du Fonds bleu fait également partie du chantier « Financement » annoncé précédemment.

Protéger les paysages d’intérêt métropolitain

Considérant l'importance du paysage dans la définition des éléments identitaires de la grande région de Montréal et compte tenu des enjeux collectifs qui s'y rattachent, notamment, en matière de qualité de vie et d'attractivité de la région métropolitaine, la Communauté souhaite protéger les paysages d'intérêt métropolitain identifiés.

La question du paysage doit donner lieu à une démarche intégrée de valorisation, dans tous les secteurs de l'aménagement du territoire. L'enjeu principal demeure la reconnaissance de la notion de paysage et son intégration dans le processus de planification et de décision.

La Communauté souscrit à la Charte du paysage québécois, mise de l'avant par le Conseil du paysage québécois, comme outil de sensibilisation auprès des intervenants publics et privés.

Protéger le patrimoine bâti d’intérêt métropolitain

Le patrimoine bâti métropolitain témoigne des événements et des tendances qui ont marqué la culture et l'histoire du Grand Montréal. Ces événements et tendances se sont inscrits dans l'esprit des lieux, dans l'architecture, dans le paysage et dans l'urbanisme de chacune des municipalités.

La protection des ensembles patrimoniaux peut s'avérer un levier de développement économique pour la région métropolitaine de Montréal. En identifiant et en mettant en valeur ces ensembles patrimoniaux, ceux-ci peuvent devenir des atouts pour l'attractivité du Grand Montréal en plus de constituer des lieux de mémoire et des formes d'occupation du territoire.

Mettre en valeur le milieu naturel, le milieu bâti et les paysages dans une perspective intégrée et globale à des fins récréotouristiques

Compte tenu des liens étroits entre les paysages, les milieux naturels et le patrimoine bâti, le PMAD propose une mise en valeur intégrée de ces éléments structurants par la création d'une Trame verte et bleue. La Trame verte et bleue du Grand Montréal propose la mise en place de projets de mise en valeur des milieux naturels, du patrimoine bâti et des paysages à des fins récréotouristiques tout en contribuant aux objectifs de protection des milieux naturels.

La Trame verte et bleue du Grand Montréal s'appuie principalement sur les éléments suivants :

  • les aires protégées, les bois et les corridors forestiers;
  • les milieux humides;
  • les rives et le littoral;
  • les paysages d’intérêt métropolitain;
  • le patrimoine bâti d’intérêt métropolitain.

Dernière mise à jour :  17 octobre 2017