Logotype de la Communauté métropolitaine de Montréal

Orientation 2 du PMAD (Volet transport)

Le premier Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) du Grand Montréal est entré en vigueur le 12 mars 2012.

Un Grand Montréal avec des réseaux et des équipements de transport performants et structurants

En matière de transport, le PMAD [PDF 13,8 Mo] nourrit l’ambition d’une région métropolitaine avec des réseaux et des équipements de transport à la fois performants et structurants. Pour y arriver, le PMAD souhaite soutenir le virage vers le transport en commun et la réduction de l’utilisation de l’auto solo.

Le développement du réseau de transport en commun métropolitain requiert des investissements de l'ordre de 23 milliards de dollars.

L’objectif principal : une hausse de la part modale du transport en commun en période de pointe, actuellement de 25 %, à 30 % d’ici 2021 et à 35 % en 2031.

Ce réseau constitue l’armature de la planification intégrée de l’aménagement et du transport visée par la Communauté. Les améliorations à ce réseau augmentent le potentiel de développement immobilier.

Le PMAD entend également améliorer les conditions de déplacement intramétropolitain des personnes et des marchandises par la mise en place de mesures contribuant à la réduction des délais et des retards occasionnés par la congestion. À cette fin, le PMAD identifie un réseau routier à optimiser et à compléter.

De plus, le PMAD considère le développement des transports actifs à des fins récréatives et utilitaires comme une composante importante d’une planification intégrée de l’aménagement et du transport, d’où la proposition d’un Réseau vélo métropolitain.

Identifier un réseau de transport en commun qui permet de structurer l’urbanisation

Le réseau de transport en commun métropolitain structurant est complémentaire à l'aménagement du territoire. Les améliorations au réseau de transport en commun augmentent le potentiel de développement immobilier tandis que la densification aux points d'accès de ce réseau augmente la demande en transport en commun.

La région métropolitaine dispose d'un réseau hiérarchisé de transport en commun dont l'impact structurant est potentiellement plus ou moins important selon le mode et le milieu d'insertion.

Hausser à 30% la part modale des déplacements effectués par transport en commun à la période de pointe du matin d’ici 2021

La communauté estime que la réalisation des projets de transport en commun prioritaires permettra d'assurer qu'au moins 30 % des déplacements de la période du matin seront effectués par transport en commun en 2021.

Optimiser et compléter le réseau  routier pour soutenir les déplacements des personnes et des marchandises

Cet objectif vise l'amélioration des conditions de circulation des camions pour le transport des marchandises et l'amélioration du transport des personnes par l'implantation de mesures préférentielles au transport en commun ou par une optimisation de la capacité routière.

L’amélioration des conditions de circulation  sur le réseau artériel est un enjeu pour la Communauté. Dans le cadre du  Plan métropolitain d’aménagement et de développement, la Communauté entend donc compléter l’identification du réseau artériel métropolitain et l’identification de mesures permettant d’optimiser la fonctionnalité du réseau artériel tel que prévu à l’article 158.1 de la Loi sur la Communauté métropolitaine de Montréal.

L’économie du Québec étant étroitement liée aux échanges commerciaux avec les autres provinces et les États-Unis, le rôle de plaque  tournante de la région de Montréal peut être consolidé par des investissements ciblés permettant d’assurer la circulation des personnes et des marchandises dans les grands  corridors d’échanges économiques avec les autres régions du Québec et à l’extérieur du Québec. L’attractivité et la compétitivité de la région reposent également sur l’efficacité de l’accessibilité aux pôles économiques, particulièrement ceux qui sont liés à la production de biens.

Afin d’améliorer la connectivité aux réseaux de transport continentaux et intercontinentaux, le PMAD identifie les projets prioritaires à l’échelle métropolitaine en vue de la mise en place de la Porte continentale.

Dans un contexte où les activités de transport à l’échelle mondiale devraient doubler, voire tripler, au cours des 30 prochaines années, le développement des réseaux ferroviaires et routiers et le port de Montréal, en termes de capacité et d’accessibilité intermodale, constitue le principal enjeu pour la CMM.

Au niveau du réseau routier, la remise à neuf des composantes majeures du réseau autoroutier métropolitain (le pont Champlain, le complexe Turcot, l’axe Bonaventure, l’autoroute 40 entre Anjou et Côte-de-Liesse) constitue une priorité incontournable pour assurer la compétitivité et le développement du Grand Montréal. Ces projets majeurs de réfection devront s’accompagner de l’implantation de mesures fortes favorisant le transport en commun pendant et après les travaux.

Le parachèvement du réseau autoroutier métropolitain et l’amélioration des accès aux ports de Montréal et aux aéroports du Grand Montréal constituent également une priorité d’intervention pour la Communauté.

Dans un horizon de planification à long terme, il importe également de conserver l’intégrité des emprises autoroutières appartenant au ministère des Transports du Québec.

Par ailleurs, il est proposé d’amorcer une réflexion sur le parachèvement du réseau routier métropolitain dans certaines portions du territoire par la création de nouveaux liens fonctionnels permettant, entre autres, de compléter le contournement de l’agglomération.

Favoriser la mobilité active à l’échelle métropolitaine

Le développement des transports actifs pour des fins récréatives et utilitaires, dont l'utilisation du vélo, est une composante importante d'une planification intégrée de l'aménagement et du transport.

L'implantation d'un tel type d'aménagement implique un meilleur partage des emprises publiques accordées aux moyens de transport actif comme la marche ou le vélo dans le cadre des activités quotidiennes.

Le développement d'un réseau cyclable utilitaire et de loisir sur l'ensemble du territoire métropolitain, soit un réseau Vélo métropolitain complet et de qualité, constituerait non seulement un équipement attrayant pour les citoyens du Grand Montréal, mais aussi un produit complémentaire à l'offre touristique actuelle. Le réseau cyclable local devrait se rattacher à celui de niveau métropolitain.

Dernière mise à jour :  24 mars 2015